Okapinews.net
ElectionsPolitiqueUne

Lukunga et Ngaliema : Accentuer le contrôle parlementaire, lutter contre le détournement des deniers publics, mettre fin aux antivaleurs dans la gestion de la chose publique…voilà ce que fera le doublement candidat Trésor Ntombo une fois élu député national !

publicite-candidat

Mercredi, 13 décembre 2023-Depuis la nuit temps, les hommes sont à la recherche permanente du bien-être. Pour les vieilles démocraties, cette démarche constitue le pilier des capacités économico-financières d’un Etat pour arriver à réaliser les programmes nationaux multisectoriels pour la satisfaction des besoins du souverain primaire.

De ce point de vue, depuis son accession à la souveraineté nationale et internationale le 30 juin 1960, la République Démocratique du Congo titube, se révèle moins efficace, par voie de conséquence, l’inefficacité dans la réalisation des programmes savamment élaborés par le génie des politiciens et technocrates.

Voici le pourquoi de ma philosophie et mon discours politique pour un Congo nouveau, faisant du contrôle parlementaire mon cheval de bataille.

Contrôle parlementaire : Quid ?

On appelle contrôle parlementaire, l’ensemble des procédures et moyens dont disposent les parlementaires pour analyser, surveiller, discuter et vérifier l’activité du gouvernement et autres services publics au nom du peuple dont ils ont reçus mandats.

Selon l’article 100 de la constitution, le parlementaire congolais est appelé à contrôler le gouvernement, les entreprises publiques ainsi que les établissements et les services publics.

Il exerce ce contrôle soit par diverses procédures. Les plus courantes sont les questions écrites, les questions orales, avec ou sans débat non suivi de vote, les interpellations, la motion de censure, les commissions d’enquête et la question d’actualité,…

De l’état du contrôle parlementaire en RDC

L’un de déterminants de l’inefficacité des actions gouvernementales de la RDC est la faiblesse chronique du contrôle parlementaire. Depuis les premières heures qui ont suivi l’accession de notre pays à l’indépendance, la particratie et le clientélisme politique dans la symétrie pouvoir législatif et pouvoir exécutif ont jeté de l’opprobre sur le pouvoir politique congolais aux yeux de la population, ce qui justifie le décalage entre le dit et le fait, c’est-à-dire entre le discours politique et les réalisations.

Des sources des programmes nationaux

Point n’est besoin de rappeler à ce niveau que tout candidat président de la République fait siennes les aspirations et les désidératas de la population à l’échelle nationale. A ce titre, son discours de campagne fixe les axes de ses actions selon les impératifs exprimés différemment selon les territoires et provinces une fois arrivé au pouvoir.

Autant de candidats président de la République, autant de discours-programmes. Il en est de même des candidats Députés Nationaux.

Si un candidat président de la République est élu en faveur de son discours programme, celui-ci entrera en vigueur s’il a derrière lui la majorité parlementaire qui aura à former le gouvernement central ou national.

Dans le cas contraire, si l’opposition politique se révèle majoritaire, celle-ci aura à former le gouvernement avec son premier ministre qui appliquera son programme d’action.

En cas de tergiversation du Président de la République, on entrerait dans une logique de bras de fer entre la majorité parlementaire et le Président de la République, et si cette crise politique demeure latente ou souterraine dans la durée, cela fragiliserait le contrôle parlementaire et instaurerait le régime de l’impunité au sommet de l’Etat, ainsi, les actions gouvernementales seront extrêmement limitées.

Arguments en faveur de l’efficacité du contrôle parlementaireServir de garde-fou aux actions des membres du gouvernement et des gestionnaires des entreprises publiques ;

Persuader des gestionnaires publics ;

Identifier les mauvais gestionnaires des deniers publics ;

Eviter les détournements au sommet de l’Etat ;

Lutter contre la corruption et autres antivaleurs ;

Asseoir la bonne gouvernance ;

Evitez le mercantilisme.

Outre les capacités juridiques et le mandat, les parlements doivent pouvoir compter sur des structures internes et des mécanismes solides ainsi que sur des capacités techniques financières, humaines et organisationnelles pour appuyer la fonction de contrôle.

Le renforcement du contrôle parlementaire requiert des ajustements constants, voire des restructurations, afin de répondre aux attentes croissantes de la société civile et, par voie de conséquence, aux demandes croissantes d’information et d’expertise adressées aux parlementaires.

Bref, militez en faveur de l’efficacité du contrôle parlementaire : C’est aimer la République ;

C’est être patriote ;

C’est dénicher les ennemis du peuple ;

C’est agir pour le développement du pays ;

C’est donner les moyens pour les actions gouvernementales ;

C’est combattre la corruption.

Tel est mon combat, le leitmotiv de ma vocation politique.

Voici le questionnaire devra orienter le contrôle parlementaire :

Dans quelle mesure les pouvoirs de contrôle du parlement sont-ils connus, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’institution parlementaire ?

Dans quelle mesure les pouvoirs juridiques et les mandats conférés aux parlementaires leur permettent-ils d’exercer un contrôle efficace ?

Existe-t-il des entraves à la capacité de contrôle de l’opposition ?

Le système de création de commissions et de nomination de leur président et de leurs membres est-il satisfaisant ?

Dans quelle mesure la structure, les règles et les pratiques des commissions parlementaires favorisent-elles la fonction de contrôle, s’agissant notamment du suivi efficace de l’action des ministères ?

Les ministres se rendent-ils régulièrement aux réunions des commissions auxquelles ils sont invités et fournissent-ils ponctuellement et intégralement les documents demandés ?

Dans quelle mesure le cadre juridique facilite-t-il le contrôle de la bonne application de la loi ?

Que vive la République Démocratique du Congo.

 

Trésor Ntombo Candidat député national numéro 220, provincial numéro 81

publicite-candidat

Liens Pertinents