Okapinews.net
NationProvinceSociété

Kongo Central : une tête d’érosion vieille de plusieurs années en voie d’engloutir toute une avenue à Matadi !

publicite-candidat

Vendredi, 25 août 2023-Le fait paraît comme un canular, mais il est tout à fait réel. En effet, les habitants de l’avenue Lufundi située au quartier Dibua-Nsakaka dans la commune de Nzanza, vivent de plus en plus la peur dans le ventre ces derniers temps puisque menacés, croit-on savoir, par une tête d’érosion vieille de plusieurs années dont la progression a, depuis, pris des allures incroyables à tel enseigne qu’il est vraiment difficile, à l’heure qu’il est, de l’anéantir.

De nombreux habitants de cette avenue aujourd’hui exposée à un danger permanent, pointent cependant un doigt accusateur en direction des autorités politico-administratives ayant dirigées jadis la province du Kongo Central et la ville de Matadi.

Ces dernières qui, au jour le jour, ne cessaient de vivre le danger qu’entrainait cette érosion aux conséquences incalculables, n’avaient malheureusement fourni aucun effort pour prendre les dispositions qui s’imposent en vue de la stopper net.

Surtout lorsqu’on sait que le fameux projet lié à la construction de la route ceinture de Matadi longtemps initié par ces dernières et dont les travaux lancés, depuis belle lurette, n’ont jamais abouti, devrait obligatoirement passer par cette avenue mais en vain.

C’est autant dire que si aujourd’hui la population de cette avenue se trouve aujourd’hui exposée à un danger, c’est à cause de la mauvaise foi de ces anciennes autorités qui ne voulaient pas se pencher au problème de cette tête d’érosion.

Il en est presque de même pour les nouvelles autorités politico-administratives aussi bien de la province que de la ville de Matadi qui, à dire vrai, n’ont jamais accordé, eux aussi, leur particulière attention à la situation qui prévaut à cette avenue du reste menacée de coupure, si l’on y prend garde, à cause de cette tête d’érosion.
Est-ce par manque des moyens ou tout simplement par l’absence d’un minimum de volonté politique ? C’est la question que tout le monde se pose avec beaucoup d’acuité.

Alors qu’il y a un adage français qui dit : les hommes passent et les institutions demeurent.
Malheureusement, ce même adage pourtant interpellateur, n’a jamais été l’objet de référence de la part de nouveaux dirigeants tant de la province que de la ville de Matadi qui préfèrent initier leurs propres projets pour lesquels ils s’activent en vue de leur concrétisation dans un temps record ; en lieu et place de poursuivre et de parachever d’abord ceux laissés par leurs prédécesseurs et ce, malgré leur importance.

Face à cette négligence coupable de leur part, les habitants de l’avenue Lufundi et de ses environs qui ne savent plus à quel saint se vouer, ont présentement les yeux rivés vers le Dr. Guy Bandu Ndungidi, Gouverneur de la province du Kongo Central, et ce, en sa qualité de champion de la vision du Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, afin qu’il se saisisse au plus vite du problème de cette fameuse tête d’érosion et, éventuellement, y remédier dans la mesure des possibilités du gouvernement provincial.

À cet effet, ils lancent un cri d’alerte à l’endroit de l’autorité provinciale pour qu’il profite de ce petit temps restant avant la venue de la saison pluvieuse en vue d’amorcer les travaux de sauvetage de cette avenue.

Notamment par la construction de son mur de soutènement ; mais aussi par la canalisation de son ravin afin de faciliter l’écoulement des eaux.

Contrairement, cette avenue voire une bonne partie de ce quartier serait d’office complètement effacées de la carte géographique de la ville de Matadi, en général, et de la commune de Nzanza, en particulier.

Car, pour l’heure, cette tête d’érosion, non seulement elle continue à aggrandir ledit ravin ; mais aussi et surtout détruit à petit feu de nombreuses maisons d’habitation de cette avenue et de ses environs.

L’un des bâtiments servant des salles de classe à l’Institut Technique Professionnelle (ITP/Matadi), n’est pas non plus épargné par cette catastrophe naturelle.

Ce qui pousse d’emblée les familles entières vivant dans cette avenue à s’intérroger sur leur sort ainsi que sur leur avenir.

Tout compte fait, la situation de cette tête d’érosion étant ce qu’elle est, il appert donc au Chef de l’Exécutif provincial qui s’est toujours soucié du bien être de ses administrés, de tout faire pour sauver les meubles. Cela va de l’intérêt de sa province.

Dieudonné MUAKA DIMBI

publicite-candidat

Liens Pertinents