Okapinews.net
DéveloppementUne

Tshopo : tous les signaux sont au rouge (Analyse) !

publicite-candidat

Jeudi, 9 janvier 2023-Alors que les tshopolaises et tshopolais espéraient voir leur province décollée avec l’avènement d’une femme à sa tête, aujourd’hui près de cinq (5) mois après, tous les signaux sont au rouge, rien ne marche !

D’aucun se demande si « Tshopo eko bonga » réellement sous l’ère Nikomba. Déjà environs cinq mois depuis son investiture par ordonnance présidentielle et il en reste neuf pour arriver au mois des élections générales. Cependant, tous les secteurs sombrent dans l’incertitude, rien n’est visiblement fait, aucune action à impact visible n’est posée.

Alors que la desserte en eau potable et en énergie électrique était parmi les priorités de ses actions, la ville de Kisangani est toujours dans le noir. Les tenanciers des bureautiques, cyber café, bars, etc ont recouru aux groupes électrogènes pour faire fonctionner leurs activités respectives.

Tenez, aujourd’hui il y a des quartiers voire des communes qui manquent l’eau de la REGIDESO et/ou le courant de la SNEL tel est le cas des communes Lubunga et Kabondo.

Pour la première commune, depuis le vol de câble conducteur du courant électrique il y a environ un an, la population de cette municipalité ne voit presque plus de l’eau couler dans leur robinet.

La REGIDESO avec ses moyens n’achète que quelques litres d’essence pour allumer le groupe une fois par semaine et pendant 2 heures.

Sur le plan sécuritaire, les boyomais (habitants de Kisangani) s’interroge si réellement l’Etat existe dans la province de la Tshopo avec notamment le soulèvement des peuples Komo qui ravissent des concessions des particuliers se trouvant aux périmètres de la ville sous prétexte en être propriétaires naturels.

Et dans leur réclamation, ils blessent des gens avec des machettes et cela sous l’œil impuissant des autorités compétentes.

Aussi, des voleurs à main armée opèrent avec toute quiétude sans la crainte d’être appréhendés.

Pas plus tard que la semaine dernière, un tenancier d’un shop « m-pesa » au quartier Plateau Boyoma à 50 m de la maison Saint Daniel Comboni des catholiques devant laquelle il y a un sous-ciat de la Police Nationale Congolaise (PNC) avait été victime de vol de plus de 5 milles USD.

Ceci sans compter des cas de vol des motos, de pillages des maisons et des criminalités urbaines opérés presque tous les jours dans certains quartiers notamment, Artisanale, Damba (commune Kabondo), Simesta, Angema (commune Kisangani), Météo, Plateau Boyoma, Plateau Medica (commune Makiso).

Une situation qui met la population dans l’incertitude, elle ne se pas à quel sein de voué.

JKS

publicite-candidat

Liens Pertinents