Okapinews.net
AlerteFlashNationSociétéUne

Discours haineux et incitation à la violence : pour le CSAC Serge Ndjibu « le code d’éthique et de déontologie est le document le plus quotidiennement outragé par les journalistes congolais » !

publicite-candidat

Vendredi, 10 mai 2024-Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication co-organise depuis le matin de ce vendredi 10 mai au Cepas à Kinshasa, une session de renforcement des capacités des journalistes pour observer la déontologie, détecter et gérer toute forme de discours haineux, incitation à la violence, désinformation et de sexisme.

C’est le Rapporteur Adjoint du CSAC qui a officiellement lancé cet atelier. Serge Ndibu, parce que c’est de lui qu’il s’agit, a salué dans un premier temps l’existence des initiatives pareilles dans l’optique de diffuser à l’envie sa feuille de route, plus spécialement en ce qui concerne les devoirs et les droits des journalistes en terre congolaise.

Il se réjouit par la même occasion du fait que l’organisation du présent atelier intervient dans le temps voisin de la célébration de la journée internationale de la liberté de la presse et ce, dans un contexte ou l’écosystème médiatique subit des transformations profondes.

Pour la bouche autorisée de cet organe de régulation, cette initiative est parfaitement alignée avec l’ambition du CSAC de promouvoir l’éthique et la déontologie dans le secteur de la communication.

C’est ici, dit-il, le lieu de rappeler que le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication, garant constitutionnel de la liberté de la presse, demeure attaché à toute initiative qui porte la corporation journalistique vers davantage de professionnalisme ainsi qu’à l’amélioration des conditions d’exercice de la profession dans notre pays.

« Notre objectif ultime est de renforcer la liberté de presse et de garantir un environnement favorable à l’exercice de votre métier. Mais comme vous le savez bien, il n’existe pas de liberté sans LIMITE. Néanmoins, vous serez d’accord avec moi que le code d’éthique et de déontologie est le document le plus quotidiennement outragé par les journalistes congolais, comme en témoignent notamment nos différents rapports journaliers de monitoring. Et pourtant, à lui seul, le code de déontologie et d’éthique du journaliste congolais constitue un mécanisme d’autorégulation qui devrait animer au quotidien toute personne qui exerce dans le domaine de la collecte, du traitement et de la diffusion de l’information », a déclaré le Rapporteur Adjoint du CSAC.

Il formule le vœu que des occasions comme celle-ci soient mises à contribution pour ruminer sur cette matrice de référence qui oblige les journalistes congolais aux articles 3 et 5, entre autre, à traiter tous les problèmes sans parti pris, à présenter honnêtement les sujets qui soulèvent la controverse, à bannir l’injure, la diffamation, la médisance, la calomnie et les accusations sans preuves.

Il sied de rapoeler que le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication a, dans ses prérogatives constitutionnelles, pour mission justement, outre de faire respecter le code de déontologie et d’éthique du journaliste congolais, de détecter et gérer toute forme de discours haineux, d’incitation à la violence, de désinformation et de sexisme, tels que stipulé dans la présente session de renforcement des capacités.

« Sur l’autoroute de l’information et le boulevard des nouvelles technologies de l’information et de la communication, les usagers toujours de plus en plus nombreux ne sauraient être en sécurité si les conducteurs que sont les journalistes ne sont pas placés face à leurs responsabilités. C’est le rôle qui nous incombe en tant qu’organe de régulation, rôle que nous jouons par ailleurs avec beaucoup de mansuétude malgré le regard croisé des uns et des autres. J’aurai procédé par analyse et commentaire de chaque article du Code. Je préfère gagner en temps parce je respecte votre intelligence à le lire et à vous y référer aussi régulièrement que possible dans l’exercice de votre métier afin d’œuvrer pour un journalisme au service de l’intérêt général », a-t-il expliqué.

Dans sa conclusion, le CSAC encourage les journalistes participants à cette session de formation à profiter pleinement de cet atelier pour enrichir leurs connaissances, échanger des expériences et renforcer les compétences professionnelles de manière à ce que du choc des idées jaillisse la lumière qui va éclairer le chemin de notre destinée commune.

ITK

publicite-candidat

Liens Pertinents