Okapinews.net
AlerteJusticePolitiqueUne

Contentieux électoraux : AFETA condamne la pression des politiques pour forcer la main de la Cour Constitutionnelle à corriger les erreurs matérielles non visées par la loi électorale !

publicite-candidat

Mercredi, 27 mars 2024-Tout en saluant le travail abattu en un temps de record par les Juges, l’Action des Femmes pour les Élections Transparente en Afrique, AFETA en sigle condamne la pression que ne cesse d’exercer les partis et Regroupements politiques des différents candidats sur la Cour constitutionnelle pour forcer la main de cette dernière à corriger les erreurs matérielles non visées par la loi électorale.

Sans détour, cette organisation des femmes dénonce également la tentative des partis et regroupements politiques à vouloir transformer la procédure de correction d’erreur matérielle et les chambres spéciales qui pourront être créées en une nouvelle instance de contentieux électoraux alors que le délai prévu par la loi pour clôturer les contentieux a expiré et endéans lequel la Cour a rendu tous ses arrêts.

« Nous condamnons la tendance des politiciens à croire qu’en exerçant la pression politique sur la Cour par des sit-in et autres rassemblement devant la juridiction électorale, que celle-ci à travers la procédure de correction d’erreur matérielle, changera les Arrêts rendus. Nous dénonçons toute implication ou tout montage des membres des cabinets politiques, des partis politique et autre regroupement dans le seul but de salir l’image de la Cour et de son Président aux fins de dénigrement et autres menaçant ainsi l’indépendance du juge constitutionnel », peut-on lire dans une déclaration dont une copie est parvenue à notre rédaction.

Dans le même ordre d’idées, l’AFETA soutient la Cour constitutionnelle et son Président et les encourage à se pencher sur l’examen des requête en rectification d’erreur matérielle sans partie pris ni sans pression en évitant de faire celle-ci une reprise d’instance pour remettre en cause le travail abattu et à l’issu duquel un Arrêt de proclamation des résultats définitif a été rendu arrêts rendus.

Ci-dessous, l’intégralité de la déclaration !

« AAFETA»

ACTION DES FEMMES POUR LES ELECTIONS TRANSPARENTES EN AFRIQUE

Organisation régionale d’accompagnement des élections libres et transparentes en Afrique Région d’Afrique centrale et de l’Est 4529, Avenue Tupendane, Commune de Goma ——————————————————————————————————————————————————-

MOTION DE SOUTIEN 467/ AFETA/ CE/2024 SUR LES CONTENTIEUX ELECTORAUX EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

Le Comité exécutif de l’AFETA, Action des Femmes pour les Elections Transparentes en Afrique, réuni en session extraordinaire à Goma du 25 au 26 mars 2024 pour examiner et évaluer la situation du processus électoral en RDC, depuis le lancement de la Campagne électorale jusqu’au traitement du contentieux électoral de la législative nationale.

A l’issue de sa session, l’AFETA constate ce qui suit :

Que le processus électoral s’est déroulé sans heurt sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo sauf quelques cas qui ont obligé la Commission électorale nationale indépendante à procéder à l’invalidation de certains candidats et à l‘annulation du scrutin dans deux territoires de Masimanimba dans la province du Kwilu et Yakoma dans la province de Nord Oubangui ;

Que les populations des territoires de Kwamouth dans la Province de Mai-ndombe, Rutshuru et Masisi dans la Province du Nord Kivu ont été privées de leurs droits de vote et de leur liberté à se choisir ses représentants de suite de la situation de guerre dans cette étendue du territoire nationale congolaise ;

Que saisie des contestations des résultats provisoires des élections à la députation nationale, la Cour constitutionnelle a traité dans le temps lui requis tous les dossiers lui soumis et par des arrêts intégralement rédigés et amplement motivés a prononcé en date du 12 mars 2024 divers arrêts d’irrecevabilité, de recevabilité, de non fondement et de fondement ;

Que dans les cas concernant les arrêts dont les requêtes ont été jugé recevable et fondées, la Cour a procédé à l’invalidation de plus de 40 députés élus provisoirement et qui de par la loi congolaise, commençaient à siéger à l’hémicycle ;

Que considérant leurs invalidations comme provenant des décisions contenant des erreurs matérielles, les députés provisoires invalidés ont introduit des requêtes en rectification d’erreurs matérielles avec espoir que par celle-ci la Cour reviendra sur ses Arrêts ;

Que pour forcer la main à la Cour constitutionnelle à revenir à tout prix sur ses arrêts, certains députés invalidés s’illustrent par des imputations mensongères contre la personne de Monsieur le Président de la Cour constitutionnelle jusqu’à fomenter des coups bas contre lui mettant à sa charge des demandes d’argent aux candidats et voire le sexe de filles de certains autres dans le seul but de la salir et de dénigrer sa réputation.

L’AFETA observe, depuis l’introduction de ces requêtes en rectification, une certaine effervescence de la part des requérants qui se font accompagner par leurs militants en scandant des slogans inappropriés et multipliant des déclarations politiques distillant des menaces et autres injures contre la Cour et son Président.

L’AFETA rappelle que nonobstant les quelques 40 cas d’invalidation, l’opinion ne peut aucunement perdre de vue que la Cour constitutionnelle a traité avec compétence et célérité, dans moins de deux mois prévus par la loi, plus de 1000 requêtes dont la plupart jugées irrecevables quant à la forme et non fondées quant aux griefs articulés contre la décision de la CENI.

L’AFETA rappelle aussi que pour lutter contre la CORRUPTION à grande échelle, la Cour par une imagination positive, a fait instruire, délibérer et s’est prononcé sur toutes les requêtes par une Chambre unique de 8 juges et ce, en un temps records, au moment où les requérants et les attaqués s’apprêtaient encore pour visiter les juges et autres supposés proches de ces derniers.

A la lumière de ce qui précède, L’AFETA, déclare par cette Motion, soutenir le travail abattu par la Cour constitutionnelle et son Président, les juges de la Cour constitutionnel ainsi que tous ceux qui ont concouru à la bonne marche des contentieux.

A cet effet, AFETA condamne :

La pression que ne cesse d’exercer les partis politique et regroupement politique des différents candidats, sur la Cour constitutionnelle pour forcer la main de cette dernière à corriger les erreurs matérielles non visées par la loi électorale

La tentative des partis et regroupements politiques à vouloir transformer la procédure de correction d’erreur matérielle et les chambres spéciales qui pourront être créées en une nouvelle instance de contentieux électoraux alors que le délai prévu par la loi pour clôturer les contentieux a expiré et endéans lequel la Cour a rendu tous ses arrêtsLa tendance des politiciens à croire qu’en exerçant la pression politique sur la Cour par des sit in et autres rassemblement devant la juridiction électorale, que celle-ci à travers la procédure de correction d’erreur matérielle, changera les Arrêts rendus.Toute implication ou tout montage des membres des cabinets politiques, des partis politique et autre regroupement dans le seul but de salir l’image de la Cour et de son Président aux fins de dénigrement et autres menaçant ainsi l’indépendance du juge constitutionnel.

L’AFETA soutient donc la Cour constitutionnelle et son Président et les encourage de se pencher sur l’examen des requête en rectification d’erreur matérielle sans partie pris ni sans pression en évitant de faire celle-ci une reprise d’instance pour remettre en cause le travail abattu et à l’issu duquel un Arrêt de proclamation des résultats définitif a été rendu arrêts rendus.

L’AFETA invite la Cour constitutionnelle à faire fi à toute pression basées sur des sentiments malveillants et à procéder à la véritable vérification et correction d’erreur matérielle en faisant un distinguo entre celle qui ont un impact sur les résultats et celles qui n’ont aucune incidence sur l’arrêt soumis à la correction.

Goma le 25 mars 2024

Mrs AMINA KOULSUM

Executive Senior Chief / Central Africa

Mme Lucianna NTAMWINJA

Exécutive Senior Chief/ East Africa
Miss MATONDO NZAKIMWENA
Interface DRC

publicite-candidat

Liens Pertinents