Okapinews.net
AlerteJusticePolitiqueUne

Justice : La famille de Chérubin Okende déjà en possession des copies de l’enquête !

publicite-candidat

Mardi, 12 mars 2024-La situation se precise. Les instructions de Firmin Mvonde respectées et les choses s’accélèrent.  À ce jour, la famille de Chérubin Okende est officiellement notifié des conclusions de l’enquête. Bien que n’ayant pas encore réagi officiellement, la famille de l’ancien Ministre des Transports et voies de communication est deja en possession de tous les documents. 

Quatre jours seulement après la réception des résultats des enquêtes, sa réaction se fait attendre, contrairement à ses habitudes ! Sur instruction du Procureur Général près la Cour de Cassation, Firmin Mvonde Mambu, le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de Kinshasa/Gombe, Edmond Isofa Nkama a remis à la famille de feu Chérubin Okende, toutes les différentes copies des résultats de l’enquête et tous les procès-verbaux sur la mort de l’ex- Ministre des Transports.

Au terme de cette enquête, dont l’expertise s’était faite de manière contradictoire par groupe d’experts locaux et ceux venus de la Belgique et de l’Afrique du Sud, ainsi que le concours de la Monusco et du BCNUDH -Bureau conjoint des Nations unies aux Droits de l’Homme-, sous la surveillance et la direction du Procureur Général près la Cour de Cassation, Firmin Mvonde Mambu, les conclusions objectives, univoques et incontournables ont révélé qu’il s’agissait d’un suicide : une seule balle tirée de l’arme (du garde-corps) trouvée dans le véhicule par l’infortuné OKENDE sur sa tempe droite.

Pour rappel, le Procureur général près la Cour de Cassation, Firmin Mvonde Mambu avait convoqué à son office l’opinion publique, le jeudi 29 février 2024, jour où il a rendu publiques les conclusions de ladite enquête.

Invitée à entrer en possession desdits résultats des enquêtes avant la communication de Monsieur le Procureur Général près la Cour de Cassation, la famille de OKENDE a préféré tourner le dos.

Les conclusions de l’enquête ont été rendues publiques, et le Procureur Général près la Cour de Cassation, Firmin Mvonde Mambu avait promis la poursuite des investigations, dans leur deuxième volet, qui consiste à répondre à la question de savoir quelles pourraient être les causes qui ont poussé sieur Chérubin Okende à se donner la mort.

« Nous allons poursuivre les enquêtes, non pour connaître qui est l’assassin, qui est le meurtrier ou comment est mort Okende ? Là, c’est un volet déjà tourné. Mais, c’est pour savoir ce qui s’est passé, en réalité, pendant tout ce temps qu’on dit qu’il était préoccupé. », avait annoncé Firmin Mvonde Mambu.

Car, après la perquisition du bureau privé de Chérubin Okende, en présence de sa veuve, il y a eu découverte de l’agenda du de cujus dans lequel était écrit : »Je suis au bout du rouleau », fin de citation. Aussi, la veuve n’avait pas caché que peu avant, le De cujus était très tendu et préoccupé.

Après plusieurs refus, finalement, la famille de feu Chérubin Okende, qui, au départ, voulait recourir aux féticheurs, apprend-on des sources judiciaires, a fini par récupérer les différentes copies des conclusions de l’enquête.

Il reste à la famille de renverser, comme elle l’a clamé haut et fort, que Chérubin fut victime d’assassinat, en renversant la conclusion du suicide à laquelle a abouti le Ministère Public au sommet, sur base des rapports d’expertise des enquêteurs internationaux (Belgique, RSA, MONUSCO, BCNUDH et les locaux).

Il est curieux de constater que quatre jours après la récupération des résultats, un silence radio s’est installé. L’avocat conseil Maître ONYEMBA, qui s’était illustré dans des déclarations tapageuses, semble ne plus avoir de l’inspiration.

Voici les points auxquels cette famille devra apporter le démenti. Elle doit prouver que :

1. Le corps de Chérubin était criblé des balles et non une seule balle comme l’ont dit les experts.

2. La balle n’était pas tirée de l’intérieur du véhicule par la victime elle-même au niveau de la tempe bien que le sang ait éclaboussé le siège passager de devant.

3. L’arme du garde-corps n’est pas celle d’où est partie la balle qui a provoqué les blessures mortelles.

4. Le véhicule était criblé des balles.

5. Ce véhicule trouvé les portières bloquées, le moteur et le Split en marche, la clé de contact avec éclaboussures de sang pouvait être bloqué de l’extérieur.

6. Le garde-corps a menti dans ses dépositions qui confirment que Chérubin n’a jamais été enlevé…

7. Les rapports d’autopsie et de toxicologie concluent en une mort par hémorragie dans la tête suite aux blessures occasionnées par une balle d’arme à feu, et que le corps n’avait aucun autre traumatisme…

Chapeau bas à la Justice rd-congolaise, qui, grâce à l’implication personnelle du Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui voulait voir clair dans cette affaire on ne peut plus sensible, et au professionnalisme du Procureur Général près la Cour de Cassation, Firmin Mvonde Mambu, a fait montre de son impartialité et de son indépendance.

publicite-candidat

Liens Pertinents