Okapinews.net
JusticeSécuritéSociété

Transfèrement des présumés bandits à Kanyama Kasese : l’association de jeunes en danger s’insurge contre cette mesure « qui viole les droits de l’homme » !

publicite-candidat

Mercredi, 8 juin 2022-Les membres de l’Association des Jeunes en Danger (AJD) de la ville province de Kinshasa étaient ce mardi, 07 juin en sit-in à la place des évoluées dans la commune de la Gombe pour protester contre le transfèrement à Kanyama Kasese, de jeunes prétendus Kuluna arrêtés par la justice. À en croire cette jeunesse, cette mesure viole les droits de l’homme.

Pour son coordonnateur national, leur sit-in c’est pour partager leur désarroi sur le traitement que subissent les présumés inciviques communément appelés Kuluna par les services de sécurité, lesquels jeunes sont intégrés dans l’armée et la police nationale congolaise Congolaise sans leur consentement.

« Nous considérons que les jeunes en dépit des actes de souffrance qu’on les infligent, il y a un phénomène de la survivance de l’esclavage instaurée par les dirigeants de la Justice. Des jeunes sont arrêtés et transférés vers Kanyama Kasese pour des travaux forcés au mépris de constitution de notre pays la République démocratique du Congo et aussi vaux déclarations universelles des droits de l’homme de l’ONU qui interdit formellement cette pratique « , a indiqué Fabrice Mpia Bontio.

À en croire ses propos, il s’agit de dénoncer le comportement anticonstitutionnelle des autorités congolaises. Ils exigent le retour à Kinshasa de tous les jeunes présumés Kuluna qui doivent réintégrer dans leurs familles et qui doivent être indemnisés parce qu’ils ont subit les violations des droits de l’homme.

Fabrice Mpia Botio poursuit en disant qu’en RDC, 90% des jeunes sont en chômage. Donc, une jeunesse désœuvrée dans un pays est une bombe atomique pour cette nation.

Il n’est pas dit que si quelqu’un commet une infraction perd ses droits.

D’où, le respect de droit de l’homme n’est qu’un apanage des hommes riches mais plutôt un droit fondamental.

Et donc, l’état doit aussi respecter la constitution et la charte universelle des droits de l’homme.

Pour ces jeunes, il n’a jamais existé une formation sous escorte militaire et policier.

Si non, ça devient un esclave.

Les jeunes appellent l’état Congolais à créer des emplois pour aider la jeunesse à attraper du boulot afin de permettre de leur permettre d’abandonner leurs salles besognes. Ils ont invité tout la jeunesse à se désolidariser des autres car l’intégration dans une structure ou une entreprise est volontaire et non forcée.

Blaise Mabala

publicite-candidat

Liens Pertinents