Okapinews.net
ProvinceSécuritéUne

Kongo Central : un militaire tué par la population à Muanda !

publicite-candidat

Dimanche, 21 août 2022-La journée d’hier samedi 20 août 2022 a été marquée par une forte tension à Muanda, ville côtière située à 210 Kms à l’Ouest de Matadi, chef-lieu de la province du Kongo Central.

À l’origine : une altercation entre un motocycliste et un taximan près de la rivière communément appelée Budu-budu ; laquelle s’est malheureusement soldée par la tuerie d’un militaire copieusement lynché puis brûlé vif par la population en colère.

Selon Apollinaire Lenda, porte-parole de la société civile de Muanda, ce militaire tué avait auparavant blessé, par balle, deux paisibles innocents qui se trouvaient à bord d’un véhicule à destination de la frontière de Yema à la base d’une querelle ayant mis aux prises ce motocycliste et ce taximan pour son mauvais stationnement. C’était aux environs de 8 heures.

Ce militaire d’une trentaine d’années commis à la surveillance des puits de la société PERENCO-REP suivait à distance cette dispute qui, lentement mais sûrement, tendait à déborder.

Pour ce faire, il a cependant jugé bon d’intervenir en tirant en l’air afin de disperser la foule qui ne faisait qu’augmenter dans ce lieu.

Malheureusement pour ce dernier, l’une des balles tirées a percuté, par inadvertance, les deux victimes qui s’en sont sortis avec des blessures.

Se sentant à cet effet touché par l’acte malencontreusement commis, l’homme en arme était allé, de lui-même, sécourir ses deux victimes en les acheminant au plus vite à l’Hôpital Général de Référence de Muanda pour les premiers soins.

C’est aussi ce moment qu’ont choisi la population de Muanda, toute furieuse, pour le récupérer chemin faisant et le lyncher copieusement avant de le brûler vif.

Ce drame déplorable s’est déroulé dans la cour d’une école de la place établie au quartier Makelekese.

Un acte condamné avec rigueur par la société civile locale, à travers son porte-parole Appolinnaire Lenda, dans la mesure où cette façon de se faire justice qui prend davantage corps à Muanda fragilise de plus en plus les bonnes relations qui ont toujours existé entre les civils et les militaires tant de la Base de Kitona que de la Force Navale de Banana.

Il y a près de deux mois, un militaire a tué par balle réelle un jeune homme à Muanda.

Pour certaines mauvaises langues, c’est ce qui aurait poussé la population de Muanda à réciproquer pour venger l’un des leurs tué par un militaire au mois de juin dernier.

Faux et archifaux rétorque, pour sa part, la société civile locale qui pense plutôt à la récurrence de l’insécurité qui commence de nouveau à y prendre des proportions très inquiétantes qu’il fallait à tout prix anéantir d’une façon ou d’une autre.

Toutefois, les sources proches de l’Hôpital Général de Référence de Muanda contactées signalent heureusement que l’état de santé des victimes blessées lors de cette altercation tant décriée ne présente jusqu’à présent aucune inquiétude.

Dans l’entretemps, les principaux meneurs de cet acte à la fois ignoble et sadique ont été appréhendés par la police qui, après les avoir verbalisé, les mettra à la disposition de la justice qui statuera en dernier ressort sur leur sort.

Dieudonné MUAKA DIMBI

publicite-candidat

Liens Pertinents