Okapinews.net
AlertePolitiqueProvinceSécuritéUne

Attaque meurtrière d’un camp de déplacés à Goma : le Gouverneur militaire dénonce un crime de guerre et appelle à la résistance !

publicite-candidat

Dimanche, 5 mai 2024-Des voix s’élèvent pour condamner l’attaque à la bombe visant un site de déplacés à Mugunga, en ville de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu. Le gouverneur militaire a officiellement commenté cette tragédie le samedi 4 mai 2024.

Selon les autorités provinciales, une dizaine d’obus ont été largués sur les camps de Lushagala et CEPAC, entraînant la mort de 14 personnes et faisant plus de 30 blessés, dont des femmes et des enfants.

Le gouverneur militaire a qualifié cet acte de « crime de guerre », dénonçant la barbarie des agresseurs qui s’en prennent à des populations innocentes en quête de sécurité. Il a exprimé sa ferme condamnation et a promis de prendre des mesures pour protéger les habitants contre de telles violences.

« Nous sommes en train de réfléchir avec ceux qui s’occupent des opérations pour trouver quel remède apporter à cette barbarie. Je sais que le président de la République, chef de l’État, met tout en œuvre pour que les opérations se déroulent, et la réponse idéale, pour moi, pourrait venir de ceux qui commandent les opérations », a-t-il déclaré à Goma.

L’exécutif provincial appelle, en outre, la population du Nord-Kivu à demeurer résiliente. Pendant ce temps, les rebelles continuent leurs avancées et ont récemment pris le contrôle de la cité minière de Rubaya, une importante source de coltan. Ils ont également conquis le village de Bitonga.

Les forces armées congolaises, les FARDC, se mobilisent pour contrer l’avancée du M23 et protéger les populations locales. Ndjike Kaiko Guillaume, porte-parole de l’armée, a assuré que des mesures étaient prises pour stopper la progression des rebelles et préserver la paix dans la province du Nord-Kivu.

Samuel Kitha Mwerivwa K.

publicite-candidat

Liens Pertinents