Okapinews.net
AlerteDéveloppementEconomieFinancePolitiqueUne

Dossiers Forages et Lampadaires : Nicolas Kazadi dissipe tout malentendu et entend saisir officiellement la justice pour que l’affaire soit élucidée de manière exhaustive ! 

publicite-candidat

Jeudi, 25 avril 2024-Le Ministre de la Communication et médias et son collègue des finances ont co-animé un briefing de presse axé le thème « Restitution de la participation de la RDC aux Assemblées de Printemps FMI-Banque Mondiale : enjeux, retombées et perspectives ».

C’était aussi l’occasion pour Nicolas Kazadi de dissiper tout malentendu au sujet des dossiers Forages et Lampadaires qui auraient englouti 71 millions de dollars pour le premier et 13 millions pour le second.

Sur les antennes de la Radio Télévision Nationale Congolaise, l’argentier national a rappelé à ceux qui tentent de manipuler l’opinion qu’il a été le premier à demander la révision du coût initial moyen d’environ 400.000 USD.

Soucieux de rétablir la vérité sur cette question qui fait couler encre et salive, Nicolas Kazadi a l’intention de saisir le Procureur général de la République pour lui demander d’ajouter au problème de livraison, indiqué dans sa réquisition d’information, celui du coût, afin que l’affaire soit élucidée de manière exhaustive.

Pour ceux qui l’ignorent, l’affaire « des forages » a été initiée sous le gouvernement du Premier ministre Sylvestre Ilunkamba par le ministre du Développement rural de l’époque, qui n’est pas l’actuel titulaire du poste.

« Ce dossier a été soumis aux marchés publics et validé par le Premier ministre en fonction à ce moment-là. Il a été réintroduit de bonne foi par le ministre actuel du Développement rural en 2021, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, où l’approvisionnement en eau représentait une urgence », explique l’argentier national.

Ainsi, lorsqu’il a été appelé à donner son avis, Nicolas Kazadi a exprimé son estimation selon laquelle le prix moyen de 400.000 USD par station semblait élevé.

« J’ai demandé au ministre du Développement rural de revoir les prix avec les prestataires. Le prestataire, pour éviter de remettre en question le contrat portant sur un montant fixe, a implicitement accepté une baisse de prix, ce qui se traduira par l’augmentation du nombre de stations à construire. 340 stations supplémentaires sur les 1000 initialement prévues », a-t-il expliqué.

Il sied de noter par ailleurs que le paiement a été validé sur cette base, conformément à l’engagement pris par le ministre Sele Yalaguli à l’époque, pour un montant total de 80 millions USD, réparti en cinq tranches annuelles.

Même pour cette première tranche annuelle, le ministre des Finances précise qu’il n’a
pas versé la totalité. Il a effectué trois paiements échelonnés d’un montant total de 71 millions USD.

À la lumière de ces explication, il est clair que le Ministre des finances est victime d’un complot mal organisé qui vise à ternir son image.

 » Qu’ai-je fait de mal ? Y a-t-il eu surfacturation? Qui aurait pu surfacturer? Si certaines personnes ont surfacturé, ce n’est certainement pas moi qui ai demandé à réduire les prix », s’est-il interrogé devant la presse Nationale et internationale.

Dossier Lampadaires 

Quant aux lampadaires, selon les explications fournies par Nicolas Kazadi, la responsabilité du gouverneur sortant de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, semble être engagée.

Sans aller par le dos de la cuillère, le ministre des Finances a affirmé clairement que le compte créé pour l’achat de 2900 lampadaires au coût de 4900 dollars, l’unité, selon le marché conclu par le Gouverneur, et sous la signature de l’hôtel de ville avec pour intitulé du compte Hôtel de ville/Investissemen « .

Concernant ce marché qu’il a jugé surfacturé par rapport un autre marché de lampadaires en cours de paiement 1500 dollars l’unité, le ministre des Finances a veillé à ne verser que 30% du montant aux prestataires locaux, tandis que les 70% restants seraient payés directement aux fournisseurs étrangers par lettre de crédit.

Muyaya, un innocent attaqué gratuitement…

L’opinion s’interroge sur la responsabilité de Patrick Muyaya, Ministre de la Communication et médias sur un dossier dont il est totalement étranger pour ne pas dire innocent.

Depuis quelques jours, certains journalistes et influenceurs s’attaquent gratuitement au Porte-parole du Gouvernement sur les réseaux sociaux.

Ces accusations sans fondement démontrent clairement le caractère manipulation de l’opinion à la veille de la sortie d’une nouvelle équipe gouvernementale.

ITK

publicite-candidat

Liens Pertinents