Okapinews.net
ProvinceSociété

Kongo Central : le territoire de Mbanza-Ngungu hérite de l’insécurité vécue tout dernièrement à celui de Songololo ! 

publicite-candidat

Mardi, 13 février 2024-L’insécurité grandissante que connaissent plusieurs coins et recoins du Kongo Central est encore loin de connaître son dénouement.
C’est le cas de le dire. Car, après le climat malsain qui a émaillé le territoire de Songololo, à travers son ex. cité de Kimpese où ses habitants vivaient sous la hantise des criminels de grand chemin qui y semaient la terreur et la désolation ayant même conduit aux affrontements entre la police et la population et dont le bilan a été catastrophique avec mort d’hommes de part et d’autre, ces hors-la-loi, pour échapper aux mesures prises contre eux par le gouvernement provincial, ont en effet jugé bon de faire un repli stratégique.

Notamment en allant se réfugier dans certaines agglomérations du territoire de Mbanza-Ngungu.

En l’occurrence à Kwilu-Ngongo, site abritant la grande usine de fabrique du sucre de la province, où ces mêmes mécréants qui ont troublé l’ordre public à Kimpese, ont fait incursion, la semaine dernière et aux environs de 1 heure du matin, dans une structure médicale de la place dénommée « PLACEBO ».

Là, ils ont réédité leur exploit en pillant, sans pitié, non seulement du matériel sanitaire avec lequel se serve ce centre hospitalier ; mais aussi et surtout des biens de valeur appartenant aux malades sans défense y internés. Ces derniers qui n’avaient que leurs yeux pour pleurer ; défiant ainsi les autorités tant politico-administratives que policières de la province du Kongo Central.

Pour de nombreux observateurs avertis, la réticence des décideurs de cette province vis-à-vis des rapports détaillés et circonstanciés liés à cette insécurité grandissante que les administrateurs de territoires concernés ne cessaient de leur dresser au jour le jour, en serait à la base.

C’est ce qui, en somme, a aussi valu l’interpellation de certaines autorités
provinciales pour justification à Kinshasa.
D’autant plus que si ces dernières se seraient donné de la peine de décortiquer lesdits rapports en provenance des territoires et, éventuellement, prendre toutes les dispositions qui s’imposent, ces criminels lourdement armés ne se seraient pas arrivés à attaquer nuitamment les structures sanitaires et à vandaliser certaines maisons tant commerciales que résidentielles.

Car, visiter et dévaliser 5 centres hospitaliers en l’espace d’une semaine comme ces bandits armés l’ont fait tout dernièrement à Kimpese sans pour autant qu’ils ne soient neutralisés s’avère vraiment inacceptable aux yeux de l’opinion publique.

Dieudonné MUAKA DIMBI 

publicite-candidat

Liens Pertinents